Report from Lana Payne, Atlantic Regional Director

Provincial Budget Meeting April 10, 2018
March 27, 2018
Earth Day April 22nd
April 20, 2018

Le message en français suit celui en anglais.

Dear New Brunswick Unifor Locals:

Re:  Report from Atlantic Regional Director

We make progress for workers in two key ways – at the collective bargaining table and at the political bargaining table. Politics matters to our members and to workers because so many of the laws, investments, and decisions that get made by governments impact the lives of our members, including their lives at work. This fundamentally is why Unifor is involved in pushing governments to work for workers and their families.

During our last Atlantic Regional Council, we made a number of commitments to amplify our work in New Brunswick and to develop a plan to make progress for working people.

We have more than 80 bargaining units throughout the province, representing over 7,200 workers. Unifor has grown considerably in the province since our union was formed in 2013, with a number of new workplaces who have chosen to join our union. We hope to continue that trend of growing our union throughout the country.

The majority of Unifor’s New Brunswick members work in forestry, manufacturing and telecom sectors. But we also have significant representation in aviation, hospitality, transportation (rail) and fisheries.

Internally, we are working to ensure the recommendations of the Local Union Task Force (LUTF) are fulfilled including building stronger local unions and stronger relationships among our locals. We are also working with our locals to identify their main needs and concerns in terms of servicing and representing members. This has resulted in an arbitration school April 17-19 and we will hold our first New Brunswick Unifor Forum in the fall of 2018.

We will further discuss the needs of our locals at a second annual Local Presidents’ meeting to be held May 31st at our Atlantic Regional Council in Moncton.

On the political front, we have made great strides. Indeed, compared to other Atlantic provinces, we have had perhaps the most success in New Brunswick in the last year or so, working with the Gallant government to advance and make improvements to laws and regulations impacting workers.

In August of last year, following a meeting with Premier Brian Gallant, key cabinet ministers and union leaders, we established a Government-Labour Steering Committee and five working groups with representatives from government and Unifor, CUPE, NBNU, and the NBFL. The steering committee and working groups have made a number of advances since we started this dialogue. Indeed, unions in other provinces are recommending a form of this New Brunswick model with their own governments. For once, we are playing a leading role in the province of New Brunswick. It is an exciting time.

While we don’t always agree with government decisions, we have been able to push a number of labour’s priorities forward and like collective bargaining, we have been able to use this relationship to make progress. Some of that progress includes the following:

First, there is the commitment to introduce robust workplace violence regulations by April 28th. Unifor has been involved with this process and made a submission to the government on what should be included in the regulations. Congratulations to the New Brunswick Nurses Union who has pushed this forward and keep it on the political radar. New Brunswick had been the only province without any law to address workplace violence.

Second, we were successful in getting first contract legislation. This will assist newly unionized workers and will ensure they get their first collective agreement without a strike or lockout. As we know it is so important to establish a strong labour-management relationship during the early days of unionization. This legislation will help foster that. It is a great step forward to address a gap in the province’s labour laws.

Third, the government agreed to Unifor’s proposal to introduce protected employment leave for victims of domestic and sexual violence. We are currently in the consultation stage of what that leave will look like and have prepared a submission arguing that the leave be paid, as it is in Ontario, Manitoba and federally. We made this legislation a priority for our union and our political work. Unifor is a big part of leading the charge across the country. We are making progress in Newfoundland and Labrador as well and we are working with the NDP in Nova Scotia to pressure the government there.

Finally, we have identified a number of other priority areas for our discussions including at the training/upskilling and pay equity working groups.

A special thanks to the Unifor representatives assisting with this work, including Ian Hutchison (Atlantic Regional Chair and President Local 601N), Tammy Moore (Atlantic Unifor executive NB representative, and Atlantic bargaining chair for Local 2002), and Mike MacMullin (Unifor servicing representative NB).

Another area in which Unifor has made representation on behalf of our members has been at the Task Force on WorksafeNB. A copy of our submission was circulated late last fall. You may recall that the employers were pushing to maintain lower rates even if it meant benefit cuts to workers. This was after years of significant rebates at the expense of benefits to injured workers. In addition the injury fund is in exceptionally healthy shape, sitting at an over 100% funded ratio.

We have made progress in a number of other areas, including more affordable childcare for New Brunswick families and some 225 new jobs at the Air Canada reservation centre in Saint John, bringing the total number of Unifor 2002 members at that centre to over 500. The NB government was key to these new jobs, investing in the expansion.

You should be aware that in the case of the first contract legislation, the Conservative opposition was not supportive. They claimed there was no need for it and also argued to get rid of the card-based certification system for workers. Indeed, they have shown derision for the labour-government steering committee. We can only assume that they do not see workers’ rights as important.

This is unfortunate, but not unexpected.

Sisters and brothers, employers routinely speak to governments about their demands. We must do so as well. If unions were not involved in politics, how would we make any improvements to health and safety laws, or other laws that impact workers and their families?

One thing is for certain, Unifor will continue our work to make improvements for workers at the collective bargaining table and at the political bargaining table.

If you have any questions, please feel free to be in touch. In the coming weeks we will be sending a survey to New Brunswick Unifor locals asking for your priorities. With a provincial election later this year, now is the time to find where the political parties stand on our issues and demands.

Much solidarity,

LANA PAYNE

Atlantic Regional Director 

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

 

Le 27 mars 2018

À l’attention des sections locales d’Unifor du Nouveau-Brunswick

Objet : Rapport de la directrice de la région de l’Atlantique

Nous faisons des progrès pour les travailleuses et travailleurs de deux façons : à la table des négociations collectives et à la table des négociations politiques. La politique est importante pour nos membres et les travailleuses et travailleurs puisque bon nombre des lois qui sont adoptées, des investissements qui sont réalisés et des décisions qui sont prises par les gouvernements ont un impact sur la vie de nos membres, y compris leur vie professionnelle. Voilà pourquoi Unifor est déterminé à inciter les gouvernements à œuvrer pour les travailleuses et travailleurs et leur famille.

Lors de notre dernier Conseil régional de l’Atlantique, nous avons pris de nombreux engagements afin d’accroître nos efforts au Nouveau-Brunswick et d’établir un plan en vue de réaliser des progrès pour les travailleuses et travailleurs.

Plus de 80 unités de négociation sont réparties dans l’ensemble de la province, représentant plus de 7 200 travailleuses et travailleurs. Unifor a connu une croissance considérable dans la province depuis sa formation en 2013, de nouveaux lieux de travail ayant choisi de se joindre au syndicat. Nous espérons poursuivre cette tendance à la hausse dans l’ensemble du pays.

La majorité des membres d’Unifor au Nouveau-Brunswick travaillent dans les secteurs de la foresterie, de la fabrication et des télécommunications, mais nous pouvons également compter sur une importante représentation dans les industries de l’aviation, de l’hôtellerie, du transport ferroviaire et des pêches.

À l’interne, nous tentons de nous assurer que les recommandations du Groupe de travail sur les sections locales sont mises en œuvre, y compris celle visant le renforcement des sections locales et des relations entre nos sections locales. Nous collaborons également avec nos sections locales afin de cerner leurs besoins et inquiétudes prioritaires en matière de prestation de services aux membres et de représentation, nous permettant ainsi d’offrir une formation sur l’arbitrage du 17 au 19 avril. Nous tiendrons notre premier forum au Nouveau-Brunswick à l’automne 2018.

Nous discuterons plus longuement des besoins de nos sections locales lors de notre deuxième réunion annuelle des présidentes et présidents des sections locales qui aura lieu le 31 mai dans le cadre du Conseil régional de l’Atlantique à Moncton.

Sur le plan politique, nous avons réalisé de grands progrès. En effet, comparativement aux autres provinces atlantiques, nous avons probablement eu le plus de succès au Nouveau-Brunswick au cours de la dernière année, collaborant avec le gouvernement Gallant pour faire progresser et améliorer les lois et les règlements qui ont un impact sur les travailleuses et travailleurs.

En août dernier, après une réunion avec le premier ministre Brian Gallant, les principaux ministres du Cabinet ainsi que les dirigeantes et dirigeants du syndicats, nous avons créé un comité directeur gouvernemental-syndical et cinq groupes de travail formés de représentants du gouvernement, d’Unifor, du SCFP, du SIINB et de la FTTNB. Le comité directeur et les groupes de travail ont fait de nombreuses avancées depuis le début de ce dialogue. Effectivement, les syndicats des autres provinces recommandent une forme de ce modèle appliqué au Nouveau-Brunswick pour leur propre gouvernement. Pour une fois, nous jouons un rôle de premier plan dans la province du Nouveau-Brunswick, ce qui est très stimulant.

Bien que nous ne soyons pas toujours d’accord avec les décisions du gouvernement, nous avons pu promouvoir de nombreuses priorités syndicales et, comme les négociations collectives, nous avons pu utiliser cette relation pour faire des progrès. –

D’abord, il existe un désir d’établir une réglementation plus rigoureuse sur la violence en milieu de travail d’ici le 28 avril. Unifor participe à ce processus et a présenté des commentaires au gouvernement quant à ce qui devrait être inclus dans la réglementation.  Félicitations au Syndicat des infirmières et infirmiers du Nouveau-Brunswick qui a fait avancer la question et l’a maintenue dans la mire des politiciens. Le Nouveau-Brunswick était la seule province qui ne disposait d’aucune loi pour traiter de la violence en milieu de travail.

Ensuite, nous avons réussi à établir une loi sur les premières conventions collectives. Elle aidera les travailleuses et travailleurs nouvellement syndiqués et permettra de s’assurer qu’ils obtiennent leur première convention collective sans grève ou lock-out. Comme nous le savons, il est important d’établir de solides relations patronales-syndicales au cours des premiers jours de la syndicalisation. Cette loi permettra de le faire plus facilement. Il s’agit d’une étape très importante pour traiter d’une lacune dans les lois du travail de la province.

Puis, le gouvernement a accepté la proposition d’Unifor d’intégrer un congé protégeant les emplois des victimes de violence familiale et sexuelle. Nous en sommes présentement à l’étape des consultations sur les conditions de ce congé et avons préparé un dossier demandant que le congé soit payé, comme c’est le cas en Ontario, au Manitoba et à l’échelle fédérale. Nous avons fait de cette loi une priorité pour notre syndicat et dans le cadre de nos actions politiques. Unifor mène la charge dans l’ensemble du pays. Nous faisons des progrès à Terre-Neuve-et-Labrador également et nous travaillons avec le NPD en Nouvelle-Écosse pour faire pression sur le gouvernement.

Enfin, nous avons cerné différents autres secteurs prioritaires en vue de nos discussions, notamment les groupes de travail sur la formation et le perfectionnement ainsi que sur l’équité salariale.

Un merci tout spécial aux représentantes et représentants d’Unifor pour leur collaboration, notamment Ian Hutchison (président du Conseil régional de l’Atlantique et président de la section locale 601N), Tammy Moore (représentante du Nouveau-Brunswick au comité exécutif du Conseil régional de l’Atlantique) et Mike MacMullin (représentant de service d’Unifor au Nouveau-Brunswick).

Unifor a également assuré une représentation des membres au sein du groupe de travail de Travail sécuritaire NB. Une copie de notre mémoire a été distribuée vers la fin de l’automne dernier. Vous vous rappellerez peut-être que les employeurs demandaient de maintenir des taux inférieurs même si les circonstances signifiaient une réduction des indemnités pour les travailleuses et travailleurs, et ce, même après des années de baisse au détriment des indemnités pour les travailleuses et travailleurs blessés. De plus, le fonds d’indemnisation se porte exceptionnellement bien, affichant un taux de capitalisation de plus de 100 %.

Nous avons fait des progrès dans de nombreux secteurs, notamment en rendant les services de garde d’enfants plus abordables pour les familles du Nouveau-Brunswick et en créant quelque 225 nouveaux emplois au centre de réservation d’Air Canada à Saint John, le nombre total de membres de la section locale 2002 d’Unifor du centre totalisant maintenant plus de 500. En investissant dans l’expansion, le gouvernement du Nouveau-Brunswick a joué un rôle déterminant dans la création de ces nouveaux emplois.

Vous devez savoir que, dans le cas de la loi sur les premières conventions collectives, l’opposition conservatrice n’a été d’aucun soutien. Elle estimait que cette loi n’était pas nécessaire et demandait l’élimination du système d’accréditation syndicale fondée sur les cartes d’adhésion pour les travailleuses et travailleurs. En fait, elle a tourné en dérision le comité directeur gouvernemental-syndical. Nous ne pouvons que supposer que l’opposition ne prend pas les droits des travailleuses et travailleurs au sérieux.

C’est malheureux, mais prévisible.

Consœurs et confrères, les employeurs discutent régulièrement de leurs demandes avec les gouvernements. Nous devons le faire aussi. Si les syndicats ne s’intéressaient pas à la politique, comment pourrions-nous améliorer les lois sur la santé et la sécurité ou toute autre loi ayant un impact sur les travailleuses et travailleurs et leur famille?

Une chose est sûre : Unifor poursuivra son travail afin d’obtenir des gains pour les travailleuses et travailleurs à la table des négociations collectives et à la table des négociations politiques.

Si vous avez des questions, n’hésitez pas à communiquer avec nous. Au cours des prochaines semaines, nous enverrons un sondage aux sections locales d’Unifor au Nouveau-Brunswick pour qu’elles définissent leurs priorités.  Puisqu’une élection provinciale aura lieu plus tard cette année, il est temps de connaître la position des partis politiques sur les enjeux et les demandes qui nous concernent.

En toute solidarité,

LANA PAYNE

Directrice de la région de l’Atlantique                                                                                                          

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *